Aujourd'hui le référendum de l'E-ID commence

8 Oct 19

Nous ne voulons pas d'un passeport numérique suisse d'entreprises privées ! Avec la société numérique et Wecollect, nous voulons nous défendre contre le passeport numérique des entreprises privées, tel qu'il a été adopté par le Parlement. La délivrance de documents aussi importants doit rester une tâche gouvernementale.

Il n'a fallu que quelques jours aux 10 000 partisans que nous nous étions fixés comme objectif de nous réunir pour organiser le référendum contre la privatisation de l'E-ID. Nous y voilà, aujourd'hui la collecte des signatures commence

A ce jour, 10 835 personnes se sont engagées à soutenir le référendum sur l'E-ID. 10 000 $ était la limite magique avec laquelle nous voulions oser. La question est désormais claire : nous lançons aujourd'hui le référendum contre un changement de système historique : les entreprises privées doivent à l'avenir délivrer le passeport numérique suisse (E-ID) et gérer les données privées sensibles. Le bureau des passeports de l'État sera remplacé par de grandes banques, des compagnies d'assurance et des sociétés d'État.

Dans une enquête représentative sur l'E-ID, 87%( !) se sont exprimés en faveur d'un futur passeport numérique délivré par l'Etat. Il est également excitant de constater que les garçons (18-34 ans), avec plus de 90%, se sont prononcés très clairement en faveur d'une solution étatique. Ce scepticisme est compréhensible et raisonnable : si une carte de crédit ne me convient plus, je peux simplement changer de fournisseur ou utiliser à nouveau de l'argent. Mais les passeports électroniques et les cartes d'identité électroniques concernent des domaines fondamentaux de la vie, où la position de garant de l'État est plus fiable que celle des conglomérats de grandes entreprises qui peuvent fusionner ou s'effondrer à tout moment. Les Etats sont beaucoup plus fiables et durables, la Confédération suisse dans sa forme actuelle existe depuis plus de 170 ans, a délivré des passeports et des cartes d'identité et a ainsi gagné notre confiance. 

Une contradiction ?

Campax se décrit comme une entreprise progressiste et très avisée en matière de technologie. Sans l'informatique, nous ne pourrions rien faire. Nous rejoignons maintenant les rangs des sceptiques qui, comme le dit le conseiller national Dobler du FDP, vont retarder les progrès d'au moins six ans. 

Nous ne voyons aucune contradiction à cet égard. Au contraire, l'histoire nous a montré que les privatisations de biens ou de services essentiels ont souvent eu des conséquences négatives au cours des dernières décennies. La privatisation de l'eau a entraîné une hausse des prix et des problèmes de qualité, et la privatisation du transport ferroviaire au Royaume-Uni a causé des décennies de souffrance aux voyageurs. La privatisation de l'E-ID ne fait que trop penser à de nombreux péchés de privatisation internationalement connus.